Question de cultures : une proposition pour un fonds culturel commun

Numéro: 

1

Rubrique: 

Volume: 

33
Fortin, Jacques

Lorsque l’on pense aux cours de la formation générale au collégial, il nous vient immédiatement à l’esprit l’intérêt des étudiants pour ces cours. Ou plutôt son contraire, le désintérêt, puisque, généralement, il y a une minorité d’étudiants qui participe avec plus ou moins d’ardeur et une majorité qui semble indifférente ou carrément hostile de manière silencieuse. Pour quelles raisons la réception des cours de philosophie ou de littérature au collégial, par exemple, diverge-t-elle autant d’un étudiant à l’autre ? On pourrait postuler que la différence d’intérêt ou de réussite entre les étudiants d’une classe n’est pas forcément liée à une question d’aptitude scolaire ou de capacité de compréhension, mais que cette polarisation provient plutôt de la distance entre des groupes d’origines culturelles différentes. Les inégalités ne découleraient dès lors pas tant du niveau socioéconomique familial que du milieu culturel et axiologique dans lequel a baigné un étudiant. L’auteur propose dans cet article une solution en vue de remédier à une situation telle que celle qui vient d’être décrite. En tant qu’ancien professeur de français, il prend le contenu littéraire en exemple de ses propos.

Cet article est accessible aux membres et aux abonnés individuels seulement. Devenez membre afin d'accéder à son contenu.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.