L'histoire familiale comme démarche d'intégration des acquis en sciences humaines

Numéro: 

4

Volume: 

18
Gagnon, Jacques

Pour un élève de quatrième session collégiale, le titre de ce cours, soit Démarche d'intégration des acquis en sciences humaines, ou DIASH pour les intimes, n'a rien de très rassurant. Quoi ! il faudra intégrer tous nos acquis en sciences humaines et en méthodologie ? Et le processus d'intégration se compose de rappels, de transferts et de métacognition ? La première réaction des élèves ressemble beaucoup plus à « OUACH » qu'à DIASH... Pour le prof, fort de sa longue expérience, il faut d'abord réconforter les troupes en précisant que la compétence exigée par le ministère de l'Éducation est de démontrer l'intégration personnelle d'apprentissages du programme dans le cadre d'une réalisation individuelle ou collective pour un minimum de deux disciplines des sciences humaines (anthropologie, économique, géographie, histoire, politique, psychologie, sociologie). Vaste projet, me direz-vous, quasiment un projet de carrière ! Mais il faut pouvoir synthétiser et concrétiser le tout dans une activité pluridisciplinaire réalisable en une session. Au cours des dernières années, j'ai donc offert à mes élèves le choix entre trois types de travaux pour y arriver : la rédaction d'un essai bidisciplinaire, la résolution d'un problème de leur choix ou la production de leur histoire familiale. À ma grande surprise, près des deux tiers des élèves ont opté pour l'histoire familiale. Il faut d'abord expliquer aux élèves qu'on ne leur fera pas faire leur généalogie. L'histoire familiale se distingue de la généalogie en ce qu'elle ne se limite pas à dresser la liste de ses ancêtres, mais qu'elle consiste à cumuler une foule de données de nature chronologique, ethnographique, géographique, socio-économique. On peut aussi faire le lien entre la petite histoire familiale et la grande histoire politique. À la limite, on peut même faire de la psycho-généalogie ! Il est donc facile de démontrer que l'établissement de son histoire familiale permettra l'intégration d'au moins deux des disciplines acquises en sciences humaines.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.