Dans la classe, il n'y a pas que les étudiants qui apprennent: écrire pour se développer professionnellement

Numéro: 

4

Rubrique: 

Volume: 

29
LAURENDEAU, Pierre

Le professeur a des objectifs curriculaires à atteindre et des stratégies pour le faire, mais il arrive que, malgré une planification soignée, l’apprentissage ne survienne pas chez ses étudiants. Alors surgit l’inévitable question : « Pour quelle raison mon cours ne s’est-il pas déroulé comme je l’avais pourtant si bien prévu ? » Et cette question, l’auteur de ce texte la connait bien. Par besoin de voir plus clair dans ses expériences, il a alors commencé à tenir un journal de ses pratiques, sous forme d’aphorismes, et, avec le temps, il s’est rendu compte que cette écriture influençait positivement sa présence en classe et la dynamique avec ses étudiants. Par un regard réflexif sur sa pratique, il identifiait mieux ce qui ne fonctionnait pas et en arrivait alors à cibler les aspects de son savoir-être à améliorer. De manière générale, les aphorismes sont plutôt courts ; ce qui importe, c’est que leur rédaction soit inspirée par un aspect particulier ponctuel de sa pratique et qu’ils inspirent sa réflexion, lui permettant de se développer professionnellement et personnellement. L’auteur présente ses trois règles d’écriture d’aphorismes qui ont fait leur preuve avec les années et expose quelques exemples de ces courts textes.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.