Les comportements problématiques des élèves : points de vue et interventions

Numéro: 

1

Volume: 

18
Rolland, Michèle
Langevin, Louise

L’enseignement dans un cégep nécessite parfois des interventions auprès d’élèves qui présentent des comportements problématiques accompagnés ou non d’agressivité et, parfois, de situations de détresse. Mais qu’en est-il au juste de ces comportements problématiques et des interventions à effectuer ? À la différence des ordres du primaire et du secondaire qui ont fait l’objet de nombreuses études, on connaît peu la situation au collégial. Sur ce plan, diverses hypothèses ont pourtant été avancées pour expliquer les comportements problématiques des cégépiens* en difficulté, dont le laxisme dans leur éducation qui engendrerait le phénomène des « enfants rois », le trop grand nombre d’heures travaillées à l’extérieur au détriment de l’investissement dans les études, le manque de motivation, etc. Ces propos dénotent une préoccupation certaine chez un nombre croissant de professeurs et d’intervenants dans les cégeps. Réfléchir aux comportements problématiques et aux interventions qui y sont adaptées oblige à reconnaître la place prépondérante des valeurs qui influencent les perceptions que le professeur se fait des comportements acceptables ou non et, donc, des interventions à appliquer. Ces comportements peuvent justifier des interventions que les professeurs doivent être en mesure d’appliquer. Plusieurs facteurs permettent d’expliquer les attitudes des professeurs face aux problèmes de leurs élèves (Dunkin et Barnes, 1986). Certains sont liés à l’histoire personnelle : l’impact de leur propre histoire ou de leurs antécédents comme élève, leur personnalité. D’autres sont liés à la profession : leur formation de professeur et de chercheur, le type d’élèves à qui ils enseignent (le sexe, l’origine ethnique), le degré d’attention étudiante pendant les cours et l’évaluation reçue des élèves. Enfin, d’autres facteurs sont liés au contexte : la dimension du collège, le type de collège, la philosophie de la discipline appliquée et la culture sociale en vigueur et, enfin, le type de programme enseigné. Nonobstant la méthode d’enseignement utilisée, ces différents facteurs influencent les façons d’intervenir des professeurs et, conséquemment, les comportements des élèves, puisque toute communication se produit de façon interactive.

Panier

Votre panier est vide.